Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Bienvenue !

mjc.jpg

Attention, aucune inscription ne pourra être prise en compte par l'intermédiaire de ce site.

Pour contacter les responsables :

 

03 26 48 05 89

du lundi au vendredi

9H/12H - 14H/18H30

 

fismes.mjc@wanadoo.fr

----------------------------------------------

MJC de FISMES
Allée Goscinny Uderzo
BP 6
51170 FISMES
 

 
Inscrivez vous à la newsletter

ci-dessous pour recevoir

nos mises à jour

 

 

Rechercher

DSC03321DSC03317

7 janvier 2016 4 07 /01 /janvier /2016 08:05

 

2016

 

En janvier, pour fêter la nouvelle année:

deux films !

 

SAMEDI 16 JANVIER à 20h30

 

007 SPECTRE

 

CINEMA : Programmation janvier-février 2016

 

 Un film de Sam Mendes 

Avec Daniel Craig, Christoph Waltz, Léa Seydoux 

 

 

 Résumé : 

Un message cryptique surgi du passé entraîne James Bond dans une mission très personnelle à Mexico puis à Rome, où il rencontre Lucia Sciarra, la très belle veuve d’un célèbre criminel. Bond réussit à infiltrer une réunion secrète révélant une redoutable organisation baptisée Spectre. 

Pendant ce temps, à Londres, Max Denbigh, le nouveau directeur du Centre pour la Sécurité Nationale, remet en cause les actions de Bond et l’existence même du MI6, dirigé par M. Bond persuade Moneypenny et Q de l’aider secrètement à localiser Madeleine Swann, la fille de son vieil ennemi, Mr White, qui pourrait détenir le moyen de détruire Spectre. Fille de tueur, Madeleine comprend Bond mieux que personne… 

En s’approchant du coeur de Spectre, Bond va découvrir qu’il existe peut-être un terrible lien entre lui et le mystérieux ennemi qu’il traque… 

 

 

DIMANCHE 17 JANVIER à 16h00

 

L'HERMINE

 

 

 

 Un film de Christian Vincent 

Avec Fabrice Luchini, Sidse Babett Knudsen, Eva Lallier 

 

 

CINEMA : Programmation janvier-février 2016

 

 Résumé : 

 

Michel Racine est un Président de cour d'assises redouté. Aussi dur avec lui qu'avec les autres, on l'appelle " le Président à deux chiffres ". Avec lui, on en prend toujours pour plus de dix ans. Tout bascule le jour où Racine retrouve Ditte Lorensen-Coteret. Elle fait parti du jury qui va devoir juger un homme accusé d'homicide. Six ans auparavant, Racine a aimé cette femme. Presque en secret. Peut-être la seule femme qu'il ait jamais aimée. 

 

Critiques 

Une étude de moeurs subtile et complexe, sublimée par un Lucchini étourdissant. Les fiches du cinéma 

 

 

 

Et pour février

 

SAMEDI 20 à 20h30 et DIMANCHE 21 à 16h30

 

MIA MADRE

 

le dernier film de Nanni Moretti, présenté également en compétition à Cannes 2015.Déjà considéré comme  un nouveau chef d’œuvre après les sublimes « La chambre du fils » ou « Habemus papam ».

"Moretti tourne peu. Ses films sont toujours d’une intelligence, d’une simplicité, d’une profondeur hors du commun. C’est un immense cinéaste populaire, qui s’adresse autant au cœur qu’au cerveau, un observateur surdoué de notre humanité et de notre époque. C’est aussi un homme concerné et engagé dans la vie politique de son pays et dans la marche du monde en général.

Voir un nouveau film de Moretti, qui joue également dans ses productions, c’est comme avoir des nouvelles de l’oncle qu’on ne voit pas souvent mais qu’on aime beaucoup parce qu’il vous apprend toujours quelque chose! Bref un cinéaste et un film dont la programmation ne peut se passer. "Cinéligue

CINEMA : Programmation janvier-février 2016

Résumé : 

Margherita est une réalisatrice en plein tournage d’un film dont le rôle principal est tenu par un célèbre acteur américain. À ses questionnements d’artiste engagée, se mêlent des angoisses d’ordre privé : sa mère est à l’hôpital, sa fille en pleine crise d’adolescence. Et son frère, quant à lui, se montre comme toujours irréprochable… Margherita parviendra-t-elle à se sentir à la hauteur, dans son travail comme dans sa famille ? 

 

Critiques 

Il y a des moments irrésistibles dans Mia Madre, comme cette scène maintes fois recommencée et loupée à chaque fois, de Turturro filmé au volant d'une voiture (…) Télérama 

Or le même film qui nous donne pour ainsi dire l’heure de notre mort, en attendant, nous bouleverse et nous maintient vivants. L’utilité de l’art, grande question morettienne, est ainsi démontrée. Le monde 

 

Mia Madre (…) trace avec l’assurance des chefs d’oeuvre une route sombre mais dégagée, de l’effondrement à la résilience. Les cahiers du cinéma 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by mjc de fismes - dans CINEMA